Simulation de crédits
CIAP Immobilier > Prêt immobilier > Investissement locatif > Crédit immobilier : pourquoi la baisse des taux n'est-elle pas synonyme de pouvoir d'achat ?

Crédit immobilier : pourquoi la baisse des taux n'est-elle pas synonyme de pouvoir d'achat ?

Les taux d'intérêt des crédits immobiliers ont à nouveau chuté en mars dernier. Pour autant, cette baisse ne semble pas avoir eu d'impact significatif sur le pouvoir d'achat immobilier des Français ... Explications.

En mars, les taux des crédits immobiliers se sont établis à 1,97% en moyenne (hors assurance) toutes durées confondues selon l'Observatoire Crédit Logement/CSA.

En passant sous la barre des 2%, les taux d'intérêt ont atteint un nouveau record historique ! "Jamais depuis la fin des années 40 les taux des crédits immobiliers ne s’étaient établis à un aussi bas niveau", constate ainsi l'Observatoire Crédit Logement/CSA.

Alors qu'avant l'automne, on s'attendait à une remontée des taux en 2016, les taux d'emprunt ont en effet connu une « accélération remarquable » en mars dernier, offrant des conditions plus favorables que jamais à tous ceux qui empruntent ou renégocient leur prêt immobilier.

Cette nouvelle baisse des taux est liée à différents phénomènes concordanst : la politique accomodante de la Banque Centrale Européenne (BCE), la volonté des banques de maintenir les volumes de prêts et le redressement progressif du marché immobilier.

Les taux de crédit en baisse devraient légitimement offrir du pouvoir d'achat aux Français. Et pourtant il n'en est rien !

 

Le site Meilleurtaux.com s'est posé la question suivante : "Combien de mètres carré peut-on s'acheter en empruntant sur 20 ans avec une mensualité de 1.000 euros?" et réalise une analyse du pouvoir d'achat immobilier des ménages français dans les 10 plus grandes villes. Si les réponses varient nettement d'une ville à l'autre (86m² à Marseille contre seulement 25m² à Paris), on constate un pouvoir d'achat moyen stable en comparaison aux données du printemps 2015, qui affichait des taux historiquement bas.

 

En cause : les prix de l'immobilier qui s'affichent en légère hausse.

 

Nuançons toutefois le propos : la période reste particulièrement propice pour prévoir un emprunt immobilier ...

Contactez-nous